comment photographier de la nourriture

Comment photographier de la nourriture ? Le guide du débutant 2022

Prendre de superbes photos d’aliments est une compétence durement acquise – après tout, c’est pourquoi certaines personnes ont la chance d’être payées pour cela. Mais il est également beaucoup plus facile de l’affiner de nos jours, quel que soit votre profil ; même un smartphone peut produire de superbes images de haute qualité.

Bien sûr, les appareils et les objectifs professionnels – à condition que vous sachiez les utiliser – peuvent faciliter la prise de vue, mais ils ne sont en aucun cas nécessaires au processus. Il suffit de penser à tous les superbes flux Instagram qui existent. Ce qui sépare les photos dignes d’un magazine de leurs homologues moins impressionnants n’est pas un appareil photo sophistiqué ou un équipement coûteux. Il s’agit plutôt de comprendre ce qu’il faut pour composer une image attrayante et d’avoir la confiance nécessaire pour concrétiser votre vision.

Une excellente photo n’est jamais le fruit du hasard. Vous ne savez peut-être pas pourquoi elle est spéciale ou comment vous l’avez réalisée, mais il n’en reste pas moins que certains éléments fondamentaux ont été réunis pour qu’elle soit réussie. Il s’agit de détails tels que la composition, l’éclairage et le style, qui s’appliquent indépendamment du fait que vous utilisiez un appareil photo numérique à objectif unique (DSLR), un simple appareil photo reflex ou un iPhone.

Que faut-il en retenir ? Il n’y a que quelques connaissances et pratiques de base qui vous séparent de vos photos de cuisine les plus appétissantes. Lisez la suite ou passez à l’une des sections de notre index pour commencer !

Qu’est-ce qui fait qu’une photo est bonne ?

La photo : Les idées dans l’alimentation


Avant toute chose, une bonne photo de nourriture doit évoquer les meilleures caractéristiques de l’aliment et son caractère délicieux. Les couleurs et les textures d’un plat doivent être célébrées, et non atténuées ou cachées. Cela signifie qu’il faut éviter à tout prix les clichés flous, les angles peu attrayants et le jaune trop fréquent. Si vous n’avez pas l’eau à la bouche lorsque vous retouchez vos photos, vous avez fait quelque chose de mal. Voici ce dont vous avez besoin pour améliorer votre jeu de photographie culinaire.

Une lumière naturelle de qualité


Un bon éclairage est le critère le plus important pour une bonne photographie, et la meilleure lumière est la lumière du jour indirecte – un endroit ombragé pendant une journée ensoleillée est le Saint Graal des conditions d’éclairage naturel. Elle donne à vos aliments un éclat brillant et uniforme, et ne teinte pas les couleurs comme le fait généralement l’éclairage intérieur.

photographie alimentaire debutant


La lumière directe du soleil a tendance à être dure, créant des ombres sombres et distrayantes et rendant les blancs et les couleurs claires si éclatants qu’ils perdent toute texture et forme perceptibles. Pensez-y de cette façon : en post-traitement, que nous aborderons un peu plus tard, vous pouvez généralement ajouter de la luminosité à une photo sans trop de conséquences négatives ; supprimer la luminosité, en revanche, a tendance à rendre l’image muette et anémique.

Et pendant que nous y sommes, une règle similaire s’applique à votre flash intégré à l’appareil photo. Ne l’utilisez pas. Jamais, jamais, jamais, jamais, même si l’éclairage est mauvais. Les photos d’aliments prises au flash provoquent des reflets et des éblouissements, ainsi que des retombées étranges : on dirait que vos aliments flottent dans l’espace.


La morale de l’histoire ? Si vous prenez des photos en intérieur, le mieux est de vous installer en journée près d’une fenêtre, mais encore une fois, hors de la portée de la lumière directe du soleil. Dans un restaurant, cela peut signifier demander poliment une table spécifique ; chez vous, cela peut signifier photographier dans une pièce autre que votre cuisine. Il peut être utile de noter la qualité de la lumière que vous recevez dans différentes pièces au cours de la journée et de vous installer en conséquence. Mais si votre maison reçoit principalement des tonnes de lumière directe, ne désespérez pas. Vous pouvez créer votre propre lumière indirecte en suspendant un drap blanc au-dessus de la fenêtre – cela permet de diffuser la lumière sans ajouter le type de teinte que vous obtiendriez, par exemple, avec un rideau coloré.

Une fois que vous avez trouvé l’endroit idéal, il est temps de penser à positionner vos aliments par rapport à la source de lumière.

photographier nourriture lumière


Idéalement, la lumière doit éclairer le plat depuis un angle léger, comme les options B et C du schéma ci-dessus. Si la lumière arrive directement derrière vous, elle finit par projeter une ombre malvenue sur votre plat. Une autre option consiste à rétroéclairer le sujet (option A), ce qui donne une image plus sombre et souvent plus intéressante. Dans ce cas, la lumière doit venir du dessus et de l’arrière de l’assiette, voire même un peu sur le côté. Mais la détermination de l’endroit où la lumière doit frapper votre plat est directement liée à l’angle et au cadre de la prise de vue.

Une composition saisissante


La composition est un terme générique qui désigne l’agencement des éléments de votre photo. Dans une photo bien composée, vous pouvez immédiatement dire quel est le sujet principal, qu’il s’agisse d’une personne, d’une assiette ou d’une simple paillette sur un cornet de glace. En d’autres termes, la composition vient juste après l’éclairage lorsqu’il s’agit de prendre une bonne photo.

La règle des tiers est un outil utile, surtout lorsque l’on débute. Il s’agit d’un concept simple mais utile, même si nous préférons le considérer comme une suggestion plutôt que comme une véritable règle. Il fonctionne comme suit : Imaginez que votre cadre est divisé en une grille de neuf parties (comme le sudoku). La règle des tiers stipule que votre sujet principal – une assiette, une tranche de gâteau, une olive – doit être placé le long de ces lignes ou à leurs intersections, comme ceci :

Nos yeux sont naturellement attirés par ces points d’intersection, c’est pourquoi vous remarquerez ce principe à l’œuvre dans tous les domaines, des films aux photographies en passant par les peintures et la conception graphique.) Le fait de décaler votre sujet par rapport au centre du cadre attire l’œil et peut même être utilisé pour communiquer le mouvement ou l’activité en dehors du centre.

Vous voyez l’effet que cela donne lorsque la règle des tiers n’est pas respectée ?

Il est souvent facile et évident de choisir le sujet principal à placer dans la grille. Dans d’autres cas, vous pouvez choisir une partie spécifique du sujet à mettre en valeur, par exemple une goutte de fromage fondant plutôt qu’un sandwich au fromage grillé entier, auquel cas vous devrez ajuster votre cadre en conséquence.

  35 citations d'amour parental


Tenez compte des meilleures qualités de l’aliment que vous photographiez lorsque vous décidez de la position de l’appareil photo.
Mais le cadrage de vos aliments n’est qu’un élément de la composition. Vous devez également décider de l’angle qui convient le mieux à votre sujet. Une pizza ronde et plate sera généralement mieux photographiée depuis le haut, tandis qu’un grand plat de crème glacée bénéficiera d’un angle de 45° pour que l’accent soit mis sur les contours tridimensionnels de la boule. Par ailleurs, un hamburger haut avec tous ses ingrédients sera parfait à hauteur d’yeux, alors approchez votre appareil photo de la table. Assurez-vous simplement d’avoir quelque chose en arrière-plan, comme un mur ou une planche, pour masquer les éléments indésirables de votre cuisine. Et n’oubliez pas que même les aliments veulent que vous capturiez leur bon côté. Un côté d’un hamburger peut sembler plus appétissant que l’autre, et vous voudrez peut-être vous concentrer sur le côté ou le dessus d’une dinde rôtie plutôt que, disons, sur son derrière. La meilleure façon d’apprendre ? Photographiez sous plusieurs angles jusqu’à ce que vous ayez affiné votre instinct.

réglages photo nourriture


L’inclinaison redoutée de l’appareil photo est plus désarmante qu’attrayante.
L’inclinaison de l’appareil photo est un piège que vous devez absolument éviter. Certaines personnes pensent qu’une légère rotation de l’appareil dans le sens des aiguilles d’une montre ou dans le sens inverse créera une composition plus intéressante, alors que cela ne fait que désorienter le spectateur et donner à l’assiette l’aspect d’une soucoupe volante. Gardez votre appareil photo à l’horizontale, et s’il y a des lignes fortes dans votre image, essayez de les garder aussi droites que possible.

Que cherchez-vous à communiquer ? Les grands angles envoient un message différent de celui d’un gros plan serré.


Enfin, décidez si votre photo peut bénéficier d’un zoom avant ou arrière. Votre image sera-t-elle mieux servie si vous voyez l’ensemble de l’assiette et un certain contexte, ou si vous vous contentez d’un gros plan sur une partie spécifique ? Parfois, un seul composant d’un plat est plus intéressant que l’ensemble. Zoomer sur une petite boulette mignonne plutôt que sur un panier de six boulettes distrayantes peut être beaucoup plus convaincant. De même, un zoom arrière sur une table remplie de fromages différents peut donner une image plus intéressante et plus diversifiée que la présentation d’une seule tranche.

Une mise en scène réfléchie

mise en scene photographie nourriture


Une fois que vous avez acquis les bases, il est temps de vous amuser. En faisant preuve de créativité avec les accessoires et le style, vous pouvez élever vos images à un niveau supérieur. Il est particulièrement utile d’avoir quelques astuces dans votre manche pour les plats particulièrement peu appétissants (pensez aux soupes épaisses, aux sandwichs désordonnés et à la saucisse toujours délicate).

  • Choisissez judicieusement votre assiette : Les assiettes carrées et rectangulaires sont généralement plus difficiles à photographier que les assiettes rondes : elles peuvent facilement avoir l’air trapézoïdales et bancales, surtout au niveau des yeux ou à faible angle. Il est également plus facile de travailler avec une assiette de la taille d’une salade plutôt qu’avec une grande assiette à dîner, car vous n’aurez pas à vous soucier de remplir l’espace non désiré sur l’assiette et la nourriture elle-même sera plus mise en valeur. Les motifs et les couleurs vives peuvent être un excellent moyen d’ajouter du caractère à des aliments ordinaires, mais il ne faut pas que le plateau détourne l’attention du sujet.
  • Ajoutez de la dimension et de la personnalité avec des accessoires : Les serviettes, les ustensiles, la verrerie et autres placements peuvent remplir la composition et rendre vos images plus attrayantes. N’oubliez pas de penser aux couleurs – un coup d’œil rapide à la roue des couleurs peut vous donner une bonne idée des couleurs complémentaires (les couleurs directement opposées sur la roue sont pratiquement garanties d’aller bien ensemble). Comme pour la vaisselle, évitez d’utiliser trop d’accessoires au point de perdre de vue l’objectif : la nourriture doit toujours être la vedette.
  • Garnissez le plat : Ce bol de soupe brun et épais n’est pas très coopératif ? Mettez une herbe dessus ! Non, mais sérieusement, l’ajout d’herbes, de condiments et de garnitures peut être un excellent moyen d’habiller un plat, même les plus moches. Encore une fois, pensez aux couleurs qui mettront le plat en valeur, mais assurez-vous que vos garnitures ont un sens. Il n’y a rien de plus déstabilisant qu’un ingrédient qui n’a pas sa place, même s’il est très joli.
  • Allez dans une friperie : Plus de la moitié de nos accessoires de bureau – des objets uniques et géniaux – ont été achetés dans des magasins d’occasion pour quelques dollars chacun. (L’autre jour, nous avons rempli une caisse de vaisselle, de verres et de bols pour moins de 30 dollars). Si vous prévoyez de photographier de nombreuses cuisines différentes, recherchez une variété de couverts et de styles de plats. Le vintage rustique est à la mode parce qu’il donne une impression d’intimité et d’intemporalité, mais parfois, un style clair et net rendra mieux justice à vos plats.
  • Soyez créatif avec vos fonds : Vous avez peut-être utilisé cette planche à découper jaune ennuyeuse une fois de trop et vous voulez changer les choses. Allez chercher un morceau de bois, teignez-le ou peignez-le à votre goût, et voilà ! Vous avez une nouvelle surface pour vos photos. Les nappes, les sets de table et les dalles de pierre sont également d’excellentes alternatives à la table ou au comptoir de votre cuisine.
  • Assurez-vous que vos accessoires sont propres : Les cuillères sales et les serviettes usagées ne sont pas belles à voir, du moins pas si elles sont accidentellement incluses. Vérifiez que vous n’avez rien laissé dans votre arrière-plan que vous ne voulez pas mettre en valeur.
  • Interagissez avec la nourriture : si la photo d’un plat sur une assiette semble plate, demandez à quelqu’un de soulever une fourchette ou une cuillère et de se concentrer sur celle-ci – mais assurez-vous que ses doigts sont propres et relativement bien manucurés s’ils sont inclus dans le cadre. Prendre une bouchée d’un sandwich ou disperser des miettes au premier plan peut également créer un sentiment d’activité qui ne fait que rendre la nourriture plus désirable.


Faites attention à ne pas trop en faire avec les accompagnements : la nourriture doit toujours être le point central, et trop d’éléments secondaires deviennent distrayants.

L’équipement : De quoi avez-vous réellement besoin ?


Vous commencez à envisager d’investir dans un équipement plus sérieux ? Voici quelques outils courants que nous utilisons, ainsi que des astuces faciles à mettre en œuvre si votre budget ne le permet pas.

Carte de rebondissement


Une carte de rebond, ou réflecteur, est simplement une surface blanche qui peut être placée en face de votre source de lumière pour faire littéralement rebondir les ondes lumineuses sur votre sujet et combler les zones sombres ou les ombres. Si vous n’êtes pas prêt à commander un véritable réflecteur, n’importe quel grand morceau de carton blanc fera l’affaire. Vous pouvez en trouver un pour moins de 10 $ dans la plupart des magasins de fournitures de bureau. Vous pouvez en trouver pour moins de 10 $ dans la plupart des magasins de fournitures de bureau. Il peut arriver que vous souhaitiez supprimer une partie de la lumière de votre sujet pour créer un effet d’ambiance.

  35 citations d'amour parental

L’éclairage artificiel


Il est très difficile d’obtenir des photos bien centrées sans une lumière adéquate. Si la plupart des photographes que nous connaissons préfèrent la lumière naturelle à l’éclairage de studio, il est parfois nécessaire de faire appel aux grands moyens. Notre bureau, par exemple, a peu de fenêtres et encore moins d’heures de lumière du jour en hiver, si bien que la plupart de nos photos sont prises à l’aide de lumières de studio avec une boîte à lumière pour simuler une grande fenêtre éclairant le plat.

Mais les éclairages peuvent être coûteux. Les flashes à griffe, qui se glissent sur le dessus de votre appareil photo numérique, peuvent fonctionner si vous avez quelque chose de grand et de blanc sur lequel rebondir, mais ils peuvent être difficiles à utiliser si votre cuisine est recouverte d’armoires en bois couleur miel, qui donneront une teinte jaune indésirable.

Pour ceux d’entre vous qui font la plupart de leurs prises de vue la nuit, lorsqu’il n’y a pas beaucoup de lumière naturelle, une solution intéressante et relativement peu coûteuse consiste à se procurer une lampe de table Lowell Ego. Elle imite la lumière du jour, est portable, facile à utiliser et ne prend pas beaucoup de place.

Trépied


Il est essentiel de réduire le bougé de l’appareil lorsque vous avez besoin que vos photos soient parfaitement claires et nettes. Même un léger flou est très visible dans un plan serré d’un plat parfaitement dressé. En stabilisant l’appareil photo, vous n’avez pas à craindre qu’un mouvement involontaire provoque un flou. Les trépieds sont également utiles lorsque vous souhaitez maintenir l’appareil photo immobile pendant plusieurs prises de vue et que vous avez besoin de vos deux mains entre les deux. C’est pourquoi nous recommandons vivement d’utiliser un trépied chaque fois que possible. Chez Serious Eats, nous utilisons un trépied Manfrotto dont la colonne réglable est idéale pour les prises de vue aériennes, mais il existe des trépieds de toutes les formes et de toutes les tailles, depuis les trépieds de table pour smartphone jusqu’aux trépieds professionnels très résistants.

Si vous prenez des photos à la main, posez vos coudes ou vos bras sur quelque chose de solide, comme le bord d’une table. Dans les situations de très faible luminosité, essayez de trouver un moyen encore plus solide de maintenir votre appareil photo stable. Vous pouvez le tenir contre le bord d’une chaise, un mur ou une colonne, ou pour des prises de vue plus serrées sur la table, nous aimons maintenir l’appareil stable en utilisant un verre à eau vide comme monopode de fortune. Votre appareil photo peut également être équipé d’un mode d’exposition multiple, qui vous permet de prendre plusieurs photos en appuyant sur un seul bouton. C’est un outil formidable qui vous permet de prendre quatre ou cinq photos chaque fois que vous appuyez sur le bouton. Il y a de fortes chances pour qu’au moins l’une d’entre elles soit sans flou ni mise au point.

Manipuler l’appareil manuellement


Lorsque votre appareil photo est réglé sur le mode automatique, il fait de son mieux pour évaluer la lumière et produire une image optimale, bien équilibrée, bien éclairée et nette. Pour ce faire, il règle la vitesse d’obturation (la vitesse à laquelle l’obturateur s’ouvre et se ferme), l’ouverture (la taille du trou dans l’objectif qui laisse entrer la lumière), la sensibilité ISO (la vitesse à laquelle le capteur de l’appareil photo enregistre les informations) et la balance des blancs (la décision concernant les parties de votre image qui doivent être blanches).

Avant de poursuivre, il est important de comprendre que la vitesse d’obturation et l’ouverture fonctionnent en tandem de la même manière que le clignement des yeux et la dilatation de la pupille, respectivement, ont un impact sur votre vision. Imaginons que vous preniez la photo d’une ampoule électrique. Pour capturer cette image, l’appareil photo doit laisser entrer suffisamment de lumière pour que vous puissiez voir l’ampoule, sans en laisser entrer tellement que tout ce que vous voyez est sa lueur brillante et informe. Pour ce faire, il peut utiliser une vitesse d’obturation très rapide (un coup d’œil rapide) et une ouverture plus large (des pupilles plus larges), OU il peut utiliser une vitesse d’obturation plus lente (un coup d’œil plus long) avec une ouverture plus étroite (des pupilles très précises). Une fois que vous avez trouvé le bon équilibre entre les deux, ajuster l’un signifie toujours ajuster l’autre.

Mais pourquoi aller au-delà du mode automatique ? La prise de vue manuelle transfère le contrôle de l’appareil photo au photographe. Une fois que vous aurez acquis une connaissance pratique des concepts qui se cachent derrière les réglages, vous serez en mesure de vous adapter plus facilement à différentes situations et de prendre des décisions plus judicieuses quant à l’aspect que vous souhaitez donner à votre image.

Imaginons que vous photographiez un bol noir rempli d’une soupe blanche sur une table marron foncé. En mode automatique, en raison du contraste extrême entre la lumière et l’obscurité, l’appareil photo peut se tromper sur la manière d’exposer l’image. Grâce à votre cerveau humain évolué, vous pouvez prendre la bonne décision et ajuster vos paramètres de manière à ce que les lumières et les ombres soient là où elles doivent être. La prise de vue en mode manuel est également très importante si vous utilisez un éclairage artificiel.

Voici pourquoi cela fonctionne et comment commencer à l’expérimenter chez vous.

Vitesse d’obturation


Il s’agit là encore de la vitesse à laquelle l’obturateur s’ouvre et se ferme, exprimée en fractions de seconde. Sur votre appareil photo, la vitesse d’obturation est exprimée sous la forme d’un nombre entier, mais elle fait généralement référence à une fraction de seconde. En d’autres termes, une vitesse d’obturation de 80 correspond à 1/80e de seconde. Plus le chiffre est élevé, plus la vitesse d’obturation est rapide. Plus vous laissez l’obturateur ouvert, plus votre image risque d’être floue, car l’appareil a plus de temps pour détecter le moindre mouvement. Ainsi, si vous tenez un appareil photo à la main, vous devez utiliser une vitesse d’obturation d’au moins 1/40e de seconde, et de préférence plus rapide (nous visons généralement au moins 1/80e si la lumière disponible est suffisante). Si la vitesse est inférieure à 1/20e de seconde, vous ne pourrez pas obtenir de photos nettes sans trépied. Vous pouvez utiliser la priorité à l’obturateur, ou mode Tv, pour que votre appareil photo règle automatiquement l’ouverture en fonction de la vitesse d’obturation souhaitée, mais ce mode est plus adapté à la capture d’objets en mouvement, comme les voitures ou les athlètes. Il n’y a pas beaucoup de raisons de l’utiliser pour la photographie alimentaire.

Ouverture (diaphragme F)


L’ouverture est un trou situé au centre de l’objectif et formé par un anneau de lames. Ces lames sont utilisées pour ajuster la taille de l’orifice afin de réguler la quantité de lumière qui entre dans l’appareil photo. La taille de ce trou est mesurée en diaphragmes. Cela peut sembler simple, mais comprendre les nombres de diaphragmes peut s’avérer très difficile. Les diaphragmes sont exprimés en fractions de 1/x (où le diaphragme est égal à x). Un diaphragme de 2 signifie que le diaphragme est à moitié ouvert (1/2), tandis qu’un diaphragme de 11 signifie que le diaphragme n’est ouvert qu’à 1/11e. En d’autres termes, plus le diaphragme est petit, plus l’ouverture est large, laissant passer plus de lumière ; plus le diaphragme est grand, plus l’ouverture est étroite, laissant passer moins de lumière. La plupart des appareils photo et des objectifs ont une plage d’ouverture d’environ 2,5 (grande) à 18 (petite).

  35 citations d'amour parental

Comme vos pupilles, plus l’ouverture est large (c’est-à-dire plus le diaphragme est bas), plus la lumière peut pénétrer dans votre appareil photo. Et plus vous faites entrer de lumière, plus votre vitesse d’obturation peut être rapide, ce qui permet d’éviter les photos floues.


L’ouverture influe également sur la profondeur de champ, un terme de photographie qui désigne la partie de votre image qui est mise au point. Un diaphragme faible créera une faible profondeur de champ, de sorte que seul l’objet que vous pointez sera net, tandis que le reste de l’image sera plus flou. Avec un diaphragme plus élevé, tout, de l’arrière-plan au premier plan, sera net. Une faible profondeur de champ fait ressortir votre sujet sur un arrière-plan artistiquement flou. Mais si la profondeur est trop faible, vous risquez de rendre votre sujet flou.

Utilisez le mode priorité à l’ouverture (Av) pour que votre appareil photo règle automatiquement la vitesse d’obturation en fonction du diaphragme souhaité. Ce mode est beaucoup plus utilisé que le mode Tv pour la photographie alimentaire.

Iso


Il fut un temps où l’ISO faisait référence à la vitesse d’un rouleau de film. Aujourd’hui, tout tourne autour du capteur numérique de l’appareil photo. Plus la valeur ISO est élevée, plus le capteur enregistre rapidement la lumière, ce qui vous permet d’utiliser une vitesse d’obturation plus rapide. Cela est utile dans les situations de faible luminosité où, même avec une grande ouverture, la vitesse d’obturation n’est pas assez rapide pour obtenir une image nette. Mais plus vous réglez votre ISO, plus votre image sera granuleuse. Vous pouvez vous en sortir avec des ISO plus élevés si vous publiez de petites images en ligne, mais la perte de qualité devient plus apparente à plus grande échelle et sur les tirages physiques. Pour que vos images restent claires et nettes, visez un ISO proche de 400 (ou inférieur en cas de forte luminosité) et évitez de dépasser 1600 sur la plupart des appareils photo grand public.

Attendez, quels réglages dois-je utiliser ?

Dans les situations de faible luminosité, votre meilleure chance est d’utiliser une grande ouverture et un ISO plus élevé. Comme nous l’avons mentionné, les petits diaphragmes raccourcissent la vitesse d’obturation et éliminent donc le flou, ce qui vous permet de prendre des photos plus nettes même dans des pièces faiblement éclairées. Une valeur ISO élevée permettra au capteur de votre appareil photo de détecter davantage de lumière, mais n’oubliez pas que plus elle est élevée, plus l’image sera granuleuse.

Dans les zones bien éclairées, choisissez votre ouverture en fonction de la partie de l’image que vous souhaitez mettre au point. Lorsque votre ouverture est grande ouverte (petits diaphragmes), la profondeur de champ est très faible, ce qui signifie que les éléments situés à l’arrière-plan ou au premier plan ne sont pas nets. Cela peut être une bonne chose si vous essayez d’attirer l’attention sur un détail particulier d’une assiette – la croûte d’un hamburger ou le morceau de fromage fondu d’une pizza. Des ouvertures plus petites (diaphragmes plus grands) élargissent la profondeur de champ, ce qui vous permet de faire la mise au point sur l’avant et l’arrière d’une assiette en même temps. Pour les débutants, un diaphragme de 3,5 à 5 est un bon point de départ.

Balance des blancs


Même si votre vitesse d’obturation et votre ouverture sont parfaites, vous n’êtes pas assuré d’obtenir une photographie aux couleurs vives et précises. Dans les restaurants, et souvent dans les maisons, la lumière est généralement incandescente ou à la bougie, qui sont toutes deux assez jaunes. Vos yeux compensent automatiquement ce phénomène, mais le capteur de votre appareil photo ne le fait pas. Si vous ne réglez pas votre balance des blancs, vos photos auront une dominante de couleur étrange, comme l’image de gauche ci-dessus.

La plupart des appareils photo disposent d’un réglage personnalisé de la balance des blancs. Il vous suffit de pointer votre appareil vers un objet blanc ou gris, de prendre une photo et de l’utiliser pour régler votre balance des blancs. Consultez le manuel de votre appareil photo pour obtenir des instructions spécifiques sur la manière de procéder avec votre appareil. Vous pouvez également utiliser le réglage automatique de la balance des blancs et l’ajuster si nécessaire en post-production (nous y reviendrons plus tard).

Une autre façon d’améliorer l’équilibre des couleurs est d’éviter les situations de sources lumineuses multiples. Les sources lumineuses multiples peuvent projeter des teintes de couleur différentes, ce qui rend le réglage de la balance des blancs presque impossible. Par exemple, si vous prenez des photos près d’une fenêtre et que la lumière naturelle vient de l’extérieur, la lumière jaune et chaude de la cuisine vient de l’intérieur. Dans la mesure du possible, éteignez la lumière à l’intérieur pour éliminer toute dominante de couleur étrange.

Post-traitement


Si vous avez Photoshop et savez l’utiliser, faites-le ! Même iPhoto et d’autres applications photo simples (comme Aperçu) intègrent des fonctions de retouche photo de base. Chez Serious Eats, nous utilisons Adobe Lightroom pour organiser et modifier nos photos, avec l’aide occasionnelle de Photoshop pour les images les plus difficiles. Voici les techniques les plus courantes et les plus utiles que vous pouvez utiliser :

  • Corriger la balance des blancs : Il s’agit généralement de sélectionner l’outil de balance des blancs, puis de cliquer sur un endroit de votre image qui devrait être d’un blanc ou d’un gris neutre (les serviettes, les menus et les ombres sur les assiettes fonctionnent bien pour cela). Vous pouvez également régler manuellement la balance des couleurs à l’aide des curseurs de température et de teinte.
  • Réglez les niveaux pour éclaircir ou assombrir votre image : L’objectif doit être de faire en sorte que les points les plus clairs de votre photo soient d’un blanc pur tandis que les zones les plus sombres sont d’un noir pur, la majorité de l’image restant dans la partie centrale de la courbe des niveaux. Vous devez également vous efforcer de préserver tous les détails des zones claires et sombres du spectre.
  • Ajustez le contraste, la luminosité et la saturation : L’objectif est de faire ressortir vos images, mais sans qu’elles aient l’air d’avoir été exposées à des déchets radioactifs. Si votre appareil photo prend en charge le format RAW et que vous disposez d’un éditeur d’images capable de le traiter, utilisez-le ! Il est beaucoup plus facile d’ajuster des éléments tels que la balance des couleurs et, dans de nombreux cas, il vous permettra de corriger des éléments qui sont pratiquement impossibles à corriger une fois convertis au format JPEG ou TIFF. Travailler à partir de RAW, c’est comme travailler à partir d’un négatif photographique, tandis que travailler à partir d’un JPEG, c’est comme essayer de corriger une photographie qui a déjà été traitée par le CVS local. Vous n’avez tout simplement pas autant de contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *